Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( *35')

ï o°.Er;fin fi 1'hcmme avoit cette libetté d'incIifFéfence que je ne puis comprendre quelques efforts que je faffe, dont je ne puis me former la moindre idée,je me veis tout-a-coup jettéfans aucun guide» fans aucune bouffole dans un h.byrinte efFrayant, inextricable. Je me vois environné d'êtres dont j'ignore la nature, dont je ne pourrai jamais prévoir les actions, les déterminations, paree que jamais je ne pourrai en connoitre le principe , le motif. Peut-il y avoir une fituation plus capable d'imprimer la terreur? Ces êtres libres^ indépendans de tout ce qui les environné; déterminés, mus par des refibrts invifibles; ifolés, ne tenant a rien de tout ce que nous connoiffons, peuvent a chaque inftant fans que je puiffe le prévoir , le foupconner, devenir pour moi des tigres furieux &C m'arracher & mon bien & ma vie. Ma vie dans cette pofition ne peut être que douloureufe: & le parti le plus fage feroit de fuir tous les hnmains.

Mais en admetrant la néceffité & Ia néceffité Ia plus abfolue, je vis tranquille au milieu de 20 millions d'hommes policés. Je vois les uns enchainés par l'amour de 1'eftime, de la gloire : les autres par 1'appat des dignités, des diftinctions , des ricbeffes : ceux - ei par la terreur des fupplices, ceux-la par Ia crainte de I'infairue : j'en vois d'autres enchainés par une dou-

Sluiten