is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres sur les dangers de changer la constitution primitive d'un gouvernement public. Ecrites à un patriote hollandois.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CINQUIEME LETTRE. 227

de la cruatité, & de Pinjuftice? La conduite des Rois determine celle des peuples. Cette vérité eil I également applicable aux gouvernemens publics, de quelque nature qu'ils foyent. J'en ai fait la remarque dans ma précédente, p. 152. Si un peuple voit qu'on fe permet dans Fadminiftration publique des fraudes, des perfidies, des injuftices, des cruautés, pour parvenir aux fins qu'on fe propofé, ne doit - il pas être entrainé a fuivre les mêmes voyes dans fa vie privée? je vous le repête; feroit-il poftible, que ceux, qui, dans le maniement des affaires publiques manifeftent un efprit vicieux & un cceur corrompu, ne fuffent pas conduits dans leur vie privée par les mêmes fentimens, & n'entrainaflènt pas la multitude a fuivre leur exemple? C'eft dans le vice moral de Fadminiftration publique, qu'il faut chercher le vice moral d'une nation; & c'eft par conféquent au vice du gouvernement d'Athenes & de celui de Lacédémone qu'il faut attribuer la déprava. tion des moeurs & des verrus fociales, qui a cauféla décadence & enfin la chüte de ces deux Républiques.

Voila, mon cher Monfieur, une Lettre aflez longue. Accordez-moi un peu de relache. Je continuerai, dès que le tems me le permettra. En attendant, les circonftances changent; & tous les jours nous voyons de nouveaux phénomènes: mais quelque tour que puiflent prendre les affaires du Brabant & celles de la France, vous y verrez toujours verifiée la propofition que je me fuis propofé de vous prouver. Les horreurs qui ne ceflènt de fe commettre en France, & qui font fre'mir la nature, vous prouvenr déja a quel prix les Francois obtiendront cette idole a laquelle ils prodiguent aujourd'hui leurs encens. Je deplore leur fort & repands d'avance des larmes fur les malheurs prêts a fondre encore fur eux & a détruire cette belle monarchie.

P a Je