Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

33 Lettres de deux Filles bre, j'ai voulu voir eet homme qui peut nretre fi utile, que je veux intéreffer k mon fort. A fon air timide, embarraffé & confiant, j'ai vu que Betty 1'avoit inftnut des confidences qu'elle m'avoit faites, & qu'il croyoit dépendre un peu de moi.— Je lui ai demande des nouvelles de la fanté de Mylord, de Milady, &de Mifs Henriette ;je lui ai parlé avec cette affabilité familiere qui flatte les domeftiques: j'ai dit qu'il me paroiffoit un brave & honnête garcon, & que j aimois beaucoup Betty. — Je 1'ai renvoyé fans attendre fa réponfe, qui promettoit d'être longue & trop afFe&ueuie. Voda deux perfonnes de la maifon Walmon qui font a moi, & dont je pms difpofer; j'ai penfé k ce qu'il me reftoit a faire avec lesautres: Mylord, ce bon vieux Lord, m'appartient déja'un peu, je lui plais ; ifne feroit point fiché que fon fils eüt une femme comme moi : il tient un peu a 1'héritiere; mais encore plus k la bonhommie, a la gaieté è la tranquillité de fa maifon qu'il né peut plus quitter. Mifs Henriette n'a pas un fentiment bien vif fur 1'opulence de fon frere, & une belle-fceur, bonne , «imable, &qui luiapprendraachanterSc

Sluiten