Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ils" ont coutume de jouir dans leur patrie. Mats, voiles, cordages, tout fut calculé & foumis aux proportions & des regies certai* nes, invariables devinrent la bafe & le principe de toutes les opérations de 1'architecture navale. La manoeuvre des vaifféaux ne fut point oubliée, on connut la maniere de les diriger avec fureté , promptitude & facilité. La taétique fut employée avec art pour attaquer & défendre; tout devint pour les marins 1'objet d'une théorie lumineufe & d'une pratique favante. La fcience des longitudes en mer, par le moyen de la ltme & des machines d'horlogerie , a produit 1'amélioration des cartes marines, la connoilfance des vents, des cou» rans, des bancs 'de fable , des giffeniens des cótes. Enfin, c'eft du nombre & du ré. fultat des obfervations qu'on a faites fur mer, que l'on eft parvenu a voyager fur cet élément prefqu'aufli facilement que fur la terre (7).

(7) Si Ie génie parvient a perfe&ionner l'admirable invention de MM. de Montgolfier, a diriger dans 1'air les Aéroftats, comme les vaifleaux fur mer, peut-êtra verra-t-on des favans propofer a leurs contemporains ta folution du même problême oui fait fobjet de est recherches.

Sluiten