Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ï8

Jübfervaions fur les ipitaphes.

1

j i

]

i

(

c

: c i i c c

li

! e J d

n

d £

Tl t(

n

MÉMOIRES

foi-même; que ceft plutot 1'arnjbition qui les dicte que la vérité : que nous \royons tous les jours telle perfonne décorer fa tombe du titre faftueux de MtJJire, donrle pere s'appelloit tout bonnemcnt Pierrot. Je conviens qu'il eft pqflible d'affcder dans ces monutnehs des qualités qup 1'on n'apoint, 3c de s'arroger avec impudence des lonneurs, que le public défavoue en ècret , quoique le refped humain mapêche les réclamatiqns juridiques. mis il n'eft pas de mtrae quant au ïom de la perfonne inhumée, de fes >ere & mere, de fon époufe 6c de fes :nfans. Qui oferoit braver a ce point a confcicnce publique 6c altérer des érités notoires a une foulc de fes on temporains ? La publicité de Fade oit ici tenir lieu d'authenticité. Je is plus; dans les épitaphes un peu nciennes, il ne nous eft pas permis e fulpeder gratuitement la probité e nos peres,8c jufqu'aux tjtres inferits ir leurs maufqlées : tout doit être --nu pour vrai, 8c relpedé comme tel. e pardonnerai d'examiner avec plus e févérité les épitaphes plus moderes , puifque la vanité s'eft rafinée e nos jours, 8c qu'elle fait mieux lire valoir les petites rufes qui la favofent. Nous avons des regitres pub lies :nus avec plus de foin que jamais; il 'eft prefque pas polfible qu'un titre

Sluiten