Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sous Hjenei III. j9 non - feulemcnt je ne puis adjouter: mais que ce me fera beaucoup , fi je ne peux ^ lansbroncher leur fentier.

II me fera d'autant plus faeile & plus aifé de vous donner advis, qu'avec votre prudence ordinaire, par cy-devant Voüs avez fait entendre a MM. de votre confeil clairement vos intentions j Sc encore plus particulierement a mol dont j'en loue Dieu , tant pour 1'honneur que" ) en ai recu , que pour le contentement auffi que ,'ai de voir que Dieu vous infpire avec tant de conftance a mourir plutoft que de faire aucune chofe qui foit contraire a fon honneur. Et pour exécuter les beaux, les faints Sc les prudens dtfcours qu'il vous a plu ces jours paffes d'en lairej ,1 femble que la réfolution que vous avez pn'e denvoyer vers le Roy de Navarre, eft fon bonne, tant de votre part, que de celle des eftats. II me femble que ceux qui feront efleus poury aller, doivent librement lui feire entendre votre intention, qui eft de ne permettre en votre royaume qu'une reiigion cathoünue apoftol.que 8c romaine. Que vous fcavez depuis long-temps les maux que la divifion a apporté dans votre royaume. Que vous penfez que itii parucuherement, qui a eu 1'honneur d'avoir epoufe votre foeur, ne voudra pas encourir le

B 2

Sluiten