Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(6 }

i ceux qui talculent faeilêmênt, óü I tttt qui n^s reulent faire des caleulsrigouréüx que pour les cas qui en valent la peine: mais nous ne pouvons pas ne pasajöuter, que M. le Guin nousayant pi êté cet inftrument pour quelque tems, nous avons fait nous mêraes nombre d'öpérations de tout genre: que nous avons refait plufieurs de celles que M. le Guin avait faites en nötre . préfence & que nous avons obtenu les mêmes réfultats : enfin que Pinftrument est d'un ufage trés-prompt & trés-commode. A la vérité il iie dispenfe pas de la peine de piendre dans lès Tables les corre€tions pour les hauteurs appateotes: & quant a la réduclion de la difiance apparente, il exige de plus deux légéres mukiplications, (mais que Pauteur a réduites a Paddition au moyen d'une Table), trois légéres fouifracuons, & deux additions, outre neuf mefures au moyen de 1'inftrument, mais qui fe font trés facilement. Par contre on est difpenfé de Pufage des Logarithmes qu'il faut employer dans le calcul rigoureux & qui fouvent est pénible, quand il s'agit de fecondes; & Ton prévient les erreurs qu'on peut commettre dans le calcul, foit par inadvertance en prenant un Logarithme pour 1'autre, ou en fe trompant dans ï'addition ; foit par des fautes d'impiesfion qui ne fe touvent que trop ficquemment dans les Tables &c.

Quant

Sluiten