is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Contes Arabes» iX$ Lés cavaliers grands, puiffans , tous bien rnontés & bien armés, arrivèreht prés du ro-cher, oü ils mirent pié a terre; & Ali Baba qui en compta quarante, a leur mine & a 'leur équipement, ne douta pas qu'ils ne föjfcnï des voleurs. II ne fe trompoit pas; en effet c'étoient des voleurs, qui, fans faire aucun tort aux environs, alloient exercer leurs brigandages bien loin , & avoient Ia leur rendez-vous ;°6£ ce qu'il les vit faire t le confirma dans cette opinion.

Chaque cavalier débrida fon cheval, l'attacha , lui paffa au cou un fac plein d'orge qu'il avoit apporté fur la croupe, & ils fe chargèrent chacun de leur valife; & la plupart des vaüfes parurent fi pefantes a Ali Baba , qu'il ju?ea qu'elles étoient pleines d'or & d'argent monnoyé.

Le plus apparent, chargé de fa valife comme les autres , qu'Ali Baba prit pour le capitaina des voleurs , s'approcha du rocher , fort prés du gros arbre oü il s'étoit réfugié ; & après' qu'il fe fut fait chemin au travers de quelques arbriffeaux , il prononga ces paroles fi difiinctement , Sefame , ouvre-toi , qu'Ali Baba les entendit. Dés que le capitaine des voleurs les eut prononcées , une porte s'ouvrit ; & après qu'il eut fait paffer tous fes gens devant lui,

H ij