Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i>' A b b a t t a. 3f|

terre tous ceux qui fe trouvèrent vis-d-vis, & emporta les voiles des femmes. La honte qu 'elles eurent de ce qu'on voyok a découvert leur laideur rendit leur reine plus vif que le corail; elles fe cachoienr le vifage avec leurs mains cependènt toure 1'aiïemblée, a la voix du génie fe trouva la bouche béante. Au même inftant on vit fortir de la grande karna une infinkc dé petits tuyaux qui , s'allongeant en ares, furent fe placer d'eux-mêmes dans les bouches ouvertes O prodige ! ils y firent couler une liqueur qui rendit tous les corps diaphanes.

Le monarque, la reine Zokaïr & fa filje ; furent feuls exempts de la métamorphofe. Yaghuth s'amufa quelque rems de 1'alarme qu'elle donna d ceux qui la fubirent. Ménekcké connut toute la manceuvre des femmes jaloufes de fa beauté ; elle excufa leur foiblefie & leur pardonna. Tous les rubis de 1'orient auroient plli auprès du vifage de Saphiridoun quand il lut dans les cceurs de fes fujets : il les vit prefque tous en proie d 1'ambkion , d 1'amour propre & d la méchanceté : il fut indigné de découvrir le mérite dans 1'oubli, &la vertu opprimée & dans 1'indigence : il jura de réparer fes rorrs. Ses courtifans fe tapetiftbient & ferroient les épaules , pour empêcher qu'on ne démêldr leur manége & le véritabie motif de leurs flatteries. Les

Zij

Sluiten