Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

bü CHYPRE. Liv.XXV. Cu. V.' ïióf

Ce Général furieux eut encore beau emploïer les promeffes, & les ménaces, poulfer toute fon Armée a falfaut, & s'expofer lui même dans les lieux les plus dangereux pour animer fes Troupes, elles n'avancèrent pas plus que les autres fois. Elles furent repouffées partout, avec des pertes trés - confidérables. Tant les Affiégés combattoient vaillamment avec des forces fi inégales, & témoignoient d'amour pour la gloire, & de mépris pour la vie.

II n'y eutqifau Ravelin d'Androuzzi, oü, après fept heures de combat, ne pouvant plus fe fervir de leurs armes, faute de terrain, ni par conféquent réfifter aux efforts, que faifoient les Ennemis, pour emporter ce pofte, qu'ils furent enfin obligés de le leur céder, pour faire jouè'r le fourneau, qu'ils y avoient préparé.

lis l'executèrent,maisun peu trop promtement; car,n'a'iant pu fe retirer dans 1'ordre, que Baglione leur avoit préfcrit, plus de cent Chrétiens y furent confondus avec des milliersde Turcs, qui fautèrent en fair; & les lieux d'alentour furent remplis de cadavres, & de débris de la muraille, dont il ne refia qu'un petit angle tout fracaffé, & penchant, & au quel on creüfa pourtant une nouvelle mine, poury mettre lefeu, lors que les Ennemis reviendroient a la charge.

Le Meflre de Camp David RocE,avec deux Capitaines, périt dans cette occafion; le Comte Hercule Martinengo, & quelques autres Officiers, y furent dangereufement bleffés. Cependant , comme tous ces désaftres ne déconcertoient point les Chefs, & ne décourageoient en aucune manière les Affiégés, «Sequ'enfin les Femmes, les Vieillards, & les Enfans, continuoient a s'emploïer avec lamêmeardeur, qu'au commencement du fiège, ils firent d'abord pratiquer une couliffe a la porte de 'Limifol attenante au Ravelin, & qui avoit toujours demeuré ouverte, par la quelle ils tranfportoient dans la Ville les débris de ce Fort, qui leur fervoient a réparer les endroits les plus

Kkk kkk k expo-

Sluiten