Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Bas-EmpIxe. Liv. V. 517 ce , de grandeur, d'éminence, de révérence , & de quantité d'autres dont le rapport étoit toujours frivole & fouvent ridicule. Le mérite baiffa en même proportion que haufferent les titres.

Quoiquetoute cette vanité eüt commencé avant Conftantin, & qu'elle fe foit augmentée après lui, il mé' rite qu'on lui en attribue une partie. Fondateur de Conftantinople, il en pouvoit être le Légiflateur : c'étoit 1'occafion la plus favorable de réformer les moeurs , & de les ramener a Fancienne févérité. Au-lieu d'orner fes Sénateurs tk fes Magiftrats de tant de pompe extérieure. il eüt pu les décorer de vertus er refferrant les nceuds de la difcipline. Sa ville n'eut rien perdu de fon éclat; elle auroit gagné du cöte de la folide & véritable grandeur : Rome & tout 1'Empire auroient pro fité de eet exemple. Mais Conftantif. aimoit Fappareil; & les reproches que lui fait Julien, quoiqu'envenimés pai la haine, ne paroiffent pourtant pas deftitués de fondement. II multiplia fur 1'habit impérial lesperles, dont

CONSTANTIN.

Ann. 330.

XIV. Luxe de Conftantin.

Jul. in ctef.

na. Epu.

Cedren. p. 295. Du Cange, ds numma inf. «vi. e. 17.

m. tAbbè de u Bléteric , nol. fur les Céfars de Julien , p. 359.

Sluiten