Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le Ródeur. 235 nir. Par exemple, le repos qui fuccede a la fatigue, nous plait pendant quelque temps; nous fentons avec plaiiir le corps reprendre fa chaleur naturelle après un froid rigoureux , mais notre plaifir ceffe dès que le froid eft paffe. Nous fommes obligés de perdre notre bien-être pour le gouter, 6c de nous procurer un nouveau bonheur par des peines volontaires. II y a tout lieu de croire, quoique 1'imagination fe repaiffe de la defcription de régions oü il ne regne d'autres vents que les zéphyrs, oü 1'on ne voit que des prairies émaillées de fleurs, des arbres couverts d'une verdure perpétuelle, que nous nous lafferions bientöt de cette uniformité , que nous tomberions dans 1'ennui, faute de nouveaux objets, que nous prierions le Ciel de varier les faifons, & que nous nous croirions amplement dédommagés des inconvénients de Pété 6c de Phyver, par les nouvelles perceptions du calme 6c de la douceur des variations intermédiaires.

Chaque faifon a un pouvoir particulier de frapper 1'efprit. La nudilé 6c la rudelfe de la terre pendant 1'hy-

Sluiten