Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

fur l'Educatieu. gr fimplicité de leurs devoirsdomeftiques, & a la fociété dont elles font 1'ornement. Faites pour conduire une maifon, pour élever des enfants, pour dépendre d'un mattre qui demandera tour-a-tour des confeils & de 1'obéiffance, il faut donc qu'elles ayent de Pordre, de la patience, de la prudence, un el'prit jufte& fain; qu'elles ne foient étrangeres a aucun genre de connoiiTance, afin qu'elles puiflent fe mêler avec agrément a toute efpece de converfation ; qu'elles pofledent tous les talents agréables; qu'elles ayent du goüt pour la leéture; qu'elles réfléchüTent fans diflerter, & fachent aimer fans emportemenr.

Roufleau veut qu'on ne corrige pas l'ef~ prit de ruft naturel aux femmes, paree qu'elles en auront befoin pour captiver les hommes dont elles dépendeut. On en pourroit dire autant de beaucoup d'autres défauts, par exemple de la diftimulation, (1 odieufe parelle-même, & fi néceflaire quelquefois ; le menfonge même n'a-t-il pas fouvent fon utilité? Mais pour une occafion oü le vice pourroit fervir, dans combien d'autres eft-il nuifible! il n'ya defüv que 1'ufage conftant de la vertu. D'ailleurs , les vices produits par les pafiions, ne doivent pas infpirer autant de mépris que ceux auxquels nous nous livrons volontairement par une bafle combinaifon fur nos intéréts perfonnels; & ces derniers prouvent trop la corruption de 1'èfprit & 1'aviliffemetit de 1'ame, pour qu'on l*s B iv

Sluiten