is toegevoegd aan uw favorieten.

Adele et Théodore, ou Lettres sur l'education.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

io& Lettres & que vous n'avez pour moi que PeCpeee de fentiment qu'on a pour un enfant qui nous amufe.

LETTRE XI.

Copie de la Leltre de M. de Lagaraye a Porphire.

E h bien , mon cher Porphire, vous allez donc devenir homme de Letres? Oui , certainement je ne m'oppofe point a ce projet. La fauffe dévotion, la bigoterie pourroient feules le condumner. Vous avez de 1'efprit, une ame fenüble , vous avez beaucoup lu; maintenant laiffez-lü tous les livres, quitrez votre cabinet, étudiez les hommes. Si vous n'acquérez pas une connoiffance approfondie du cceur humain, vous ne ferez rien que de médiocre ou d'imparfait. Voyez donc des> hommes de tous les états; examinez-les. dans les différentes claffes de la fociété, depuis le fimple laboureur jufqu'au courtifan; connoifiez-les tous avec détail: ne dédaignez point Faïmable enfance. Comme peintre, faitesufage destableaux touehants & naïfs qu'elle vous offrira; comme Philofophe, obfervez en elle le germe naiffant des vertus & des paffions de 1'homme; cherchez fur-tout è démêler, parmi cette foule de travers &devicesque nous donne 1'éducation, quels font véritable-