is toegevoegd aan uw favorieten.

Cécilia, ou Mémoires d'une héritiere.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 202 )

plir," je vous prie de vouloir m'en difpenfer a mon tour. Je luis perfuadé que vous êtes trop honnête homme, pour vous prévaloir de mon trop de facilité a me défaire de mon argent fans avoir de meilleures fürere's. Je fuis,

Monfieur,

Votre très-humble fervireur, Marriot".

Cécile qui s'étoit d'abord propofé de lire tous ces papiers a haute voix, fit de vains efforts pour s'en acquitter; elle fut fi choquée, qu'a peine put-elle les parcourir.

Le dernier qu'elle trouva étoit écrit de la main de M. Harrel, & contenoit ce qui fuit:

„ Pour Madame Harrel, Mifs Beverley & M. Arnott.

Je lutterois en vain; Ie dernier coup dok être porté! Encore un jour, & je n'aurai plus ni maifdn, ni liberté; la fatale découverte de ma duplicité me déshonoreroit.

Ce que j'avois defiré arrivé enfin; je voulois être pleinement libéré ou ruiné fans reffource, & forcé de recourir au remede préparé depuis long-temps.

Mon exifience a été depuis deux ans un fardeau accablant; quoique j'aie parugai, jene me fuis jamais couché qu'échauffé, agité par les révolutions que je venois d'éprouver au