is toegevoegd aan uw favorieten.

Cécilia, ou Mémoires d'une héritiere.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C *3* )

eet effort vous paroiflbit au-deffus de vos fbrces, ne craignez point de refulèr notre vifite. Dès que Mortimer connoitra vos volontés, il ne manquera pas de s'y foumettre.

„ Adieu, trop charmante & trop aimable Cécile. Quelle que foit votre décifion, je m'y conformerai; vous avez juftement mérité & vous conferverez éternellement 1'eftime, 1'affection & la reconnoiffance de

Augusta Delville ".

Hélas ! s'écria Cécile , quand ceflerai-je d'être tourmentée par de nouveaux combats? Pourquoi faut-il que je refufe fi fouvent avec tant de dureté le feul homme que j'accepterois, & auquel j'aurois le plus d'envie de plaire !

Quel que fut cependant le chagrin qu'elle leflentoit de cette néceflité, elle n'héfita pas un moment a fe rendre a la priere de Mad. Delville, & lui répondit fur-Ie-champ qu'elle feroit le lendemain matin chez Mad. Charlton , oü elle Ia recevroit.

Elle retourna enfuite au fallon, fit fes excufes a Mad. Harrel & a M. Arnott de s'être fi peu arrêtée chez eux , & d'être obligée de les quitter fïtót. M. Arnott confterné, 1'écouta en filence, & Mad. Harrel fit tout ce qu'elle put pour 1'engager a refter, fa préfence adouciflant un peu fa folitude; mais voyant que