Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

<*37 )

Ia route que vous m'indiquiez. II efl vrai q-e j'ai aétuellement beaucoup de chofes a lui dire; & quoiqu'il foit très-irrité, vous ne devcz pas craindre que je ne foufFre patiemment fes reproches. Après cela, que faudra-t-il que je faiTe?

Que vous fafliez? répéta-t-elle; en vérité je 1'ignore.

Me rendrai-jei mmédiatement a Margate, ou reviendrai-je auparavant ici?

Comme il vous plaira, dit-elle en foupirant profondément.

Je ne veux rien faire que par vos confeils; les fuivre eft Ie feul plaifir que j'aie au monde. Quel parti faut-il donc que je prenne ?... Vous ne refuferez pas de me 1'indiquer?

Non, eertainemeut; rien ne fauroit m'en empêcher.

Parlez-moi donc, ma chere amie, & ditesmoi... Mais pourquoi ce filence ?... Vous feroit-il trop pénible de me confeiller?

Non, en vérité, dit-elle en portant la main au front; je vous parlerai dans un moment.

O ma Cécile 1 s'écria-t-il, en la regardant d'un air allarmé; rappellez vos efprits ! vous ne faites nulle attenrion a ce que vous dites; vous me répondez comme fi vous ne preniez aucun intérêt a ce qui me concerne.

Pardonnez-moi; j'en prends beaucoup, ditelle en foupirant profoadément.

Sluiten