is toegevoegd aan uw favorieten.

Recherches historiques sur la connoissance que les anciens avoient de l'Inde.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A 9 F E N D I X. 18?

„ mïlie a tes pieds; j'implore ta miféricorde, ó Dieu! Dieu, digne d'étre adoré; car „ tu me fupporteras, comme un père fup„ porte fon fils, un ami fon ami, un amant „ 1'objet de fon affedtion. (i) "

On trouve dans les ticres facrés deé Indiens , une autre defcription de PEtre fuprême, d'après laquelle on voit également quels font a eet égard les fentimens de tous les -fa* vans Bramines. — ,, Corume Dieu eft im„ matériel, difent-üs, il eft au-delTue de „ toute conception; comme il eft inviöble, „ il ne peut avoir de forme: mais fes ou„ vrages nous prouvent qu'il eft éternel, JS tout-puiffant, connoiffant toutes chofes „ & préfent k tout (2) '\

Des hommes capables de fe former de fi belles idéés de la Divinicé, n'ont pü regarder que comme une infame idolatrie le culte des Pagodes & toutes les fuperftitions immorales, qu'on ya attachées. Ils ont dü voir en même tems qu'un cceur droit & des mceurs pures étoient feuls dignes de plaire è 1'Erre fuprême, dont ils reconnoiffent 1'exiftence & la perfedtion. Veïas a eifayé de faire fentir ces

(1) Baghvat Geéta, p. 54 & 95. (sj DiScrtation de. Dow, pag. 4c,