is toegevoegd aan uw favorieten.

[Lettres persanes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Persanes. 131' ?vok déja paru, 1'ayoit prefque étouffé dans fa nailfarice.

Ceux qui le compofent n'ont d'autres fonöions que de jafer fans ceffe : 1'éloge va fe placer comme de lui-même dans leur babil éterhel; & fi-töt qu'ils font initiés dans fes myfteres, la fureur du panégyrique vient les faifir, &Z ne les quitte plus.

Ce corps a quarante têtes , toutes remplies de figures, de métapbores & d'antithefes : tant de bouches ne parient prefque que par exclamation ; fes oreilles veulent toujours être frappées par. la cadence & Fharmonie. Pour les yeux, il n'en eft pas queftion : il femble qu'il foit fait pour parler, & non pas pour voir. .11 n'eft point ferme fur fes pieds ; car le temps , qui eft fon fléau , l'ébranle a tous les inftans, & détruit tout ce qu'il a fait. On a dit autrefois que fes mains étoient avides ; je ne t'en dirai rien, & je laiffé décider cela a ceux qui le favent mieux que moi.

Voila des bizarreries, * * *, que 1'on ne voit point dans notre Perfe. Nous n'avons point 1'efprit porté k ces établiffemens ünguliers 6c bizarres; nous.