is toegevoegd aan uw favorieten.

Histoire des membres de l'Académie françoise, morts depuis 1700 jusqu'en 1771, pour servir de suite aux Éloges [...] lus dans les seances publiques de cette compagnie.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Fléchier. 401!

j jouit de cette gloire dans un de fes

j Membres (1) , fi nous ne favions qu'il eft dangereux de comparer <St d'appré-

1 cier les Auteurs vivans , quand on ne

i1 veut choquer ni la modeftie , ni la vanité de perfonne.

Cette lenteur d'acFion, qui avoit contribuévau fuccès des Oraifons Funebres de Fléchier , nuifit a celui de fes Sermons , que d'ailleurs fa compofition étudiée ne ranimoit pas. 11 parut froid & languiifant, dans un genre qui exige de r energie , de la chaleur & de la véhémence , & ou il ne favoit mettre

1 qu'une harmonie douce, peu faite pour émouvoir fes Auditeurs , & encore moins pour les convertir. Aufii, quoiqu'on rendit juftice au mérite de ces F)ifcours, toujours écrits avec pureté,

I & même avec nöblefle, les Oraifons Funebres les ont fait entiérement ou-

: blier.

(1) Voyezles Oraifons Funebres du feu Dau; phin , de Ia feue Reine, & fur-tout celle dn : feu Roi, par M. l'Abbé de Boifmont; dans ces ( Difcours 1'Auteur a fu réunir 1'éloquence a la 1 Snelle, & 1'élévation a la fenfibilité. Nouspourj rions en rapporter plufieurs exemples, Si nous , ne ferions embarrafles que du choix.