Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

II

Oh sait m le Docteur Faun, 71'e £ Mayence, passé en Allemagne pour l'inventeur de l'imprinierie, et que, ïaprh une tradition tris-ripandue parmi les Allemands, cette dkouvene le fit traiter de magicien et lui suscita des persécutions de la part des moines de son tems. lis debiterent que, par ses sorti/èges , il avoit évoqué U Diable, et <pC après en avoir refu plusieurs secrets merveilleux et avoir opére' plusieurs prodiges, il finit par être mpmS dans les enfers par le diable mtmqu'il en avoit fait sortir.

Oest fur cette tradition qiCest cmistruite la fable de te Roman. Si le but ken est pas mor al, dans le strls que le vulgaire attaché a ce mot, on ne peut nier qu'il ne soit au moins tres-philosophique. Faust y est r'eprifentê ctmme un homme sensible et honnête, qui aime 'es semblables, et qui ne cherchc 3 s'instruire que pour avoir plus d-occasions de leur être ntile■ mais voyant partout la vertu délaissêe et misérable, le vice triomfhant et forfait, le crime impnni et souvent encouragé, ses intentions les plus pmes mal interprétêes, et se) «ctions les plus louables produire le plus souvent des efftts nuisibles et tout oppofés h ceux qu'il avoit lieu d'en tspérer; il ne sait que penser de la providence, doute ie sa justicc, et est tenté de croire qiC une aveugle fatalitê préside aux êvénements de ce monde. Sans prononcer positivement Jur ce point, lassé du spectacle des nfflictions, des injustices, des perfidies, des atrocitês humaines, il dêsespbe, la vie lui devient insupportable et si odieuse, qu'il supplie le Diable, avec lequel il a longtems voyagi, de l'm débitrrassir.

Sluiten