Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

22 GRACIEUSE

cinet fi engageant, qu'elle ne vouloit pas demetirer dans un palais- dont il étoit le maitre.

Lorfqu'elle fut levée, on lui préfenta des robes de toutes les couleurs, des garniturès de pierreries de tóütesles manières, des denteües , des rubans, des gahts & des bas de foie; tout cela d'un goüt merveilleux : rieri n'y manquoit. On lui mit une toilette d'or cifelé; elle n'avoit jamais été fi bien parée & n'avoit jamais paru fi belle. Percinet entra dans fa chambre, vêtu d'un drap d'or & vert; ( car le vert étoit fa couleur, paree que Gracieüfe 1'aimoit.) Tout ce qu'on nous vante demieux fait & de plus aimable, n'approchoit pas de ce jeune prince. Gracieüfe lui dit qu'elle n'avoit pu dormir, que le fouvenir de fes malheurs la tourmentoit, & qu'elle ne pouvoit s'empêcher d'en appréhender les fuites. Qu'efl-ce qui peut vous alarmer, madame, lui dit-il ? Vous êtes fouveraine ici, vous y êtes adorée; voudriez-vous m'abandonner pour votre cruelle énnemie ? Si j'étois la maïtrelfe de ma deftinée, lui dit-elle, le parti que vous me propofez feroit celui que j'accepterois ; mais je fuis comptable de mesactions au roi monpère, il vaut mieux fourfrir que manquer a mon devoir. Percinet lui dit tout ce qu'il put au monde pour la perfuader de 1'époufer, elle n'y voulut point confentir; & ce fut prefque malgré elle qu'il laretint huit

Sluiten