Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

22 E; R I T Z I N -

piège.caché., & j'crois dans une fituation oü touc étoit un Jjy'et d'alarmes.

1 "-rois iivrce depuis quelques jours a ces inquKruaes , Ï0jr%^ arriva fur notre rivage une perite efcad.re qui.étoit.comrnandce par 1'homme conrre lequël , feigneur , dit Eritzine en s'adreffant.au calife , voas.venez de me défendre fx générètifement : eet ho.nme piratcit ordinairemci^.iar ces mers; mais comme il recevoit alors uw aföfcx Oe iunnde du roi de Borneo , il ne delccndoit a terre que comme ami- j & nous n'avioas rien a craindre de lui. U vint plufieurs fjis.au «hateau } ma mère le regur fot;t bien. Pour jnoi, .toujours occupée du fouveniv de Parelin, jé m'appercus a peine de 1'arrivée du Pirate , «1. je.hs encore moins dattentionauxfréquens entreliens qu'il avoit avec ma mère.

Sideni ( c'eft le nom du pirate ) voulut a fon tour nous traiter , & nous conduiiit a fon bord , ou une fète magnifique nous étoit paéparée. A la fin du repas, un homme qui paroifloit avoir quelque autorité fur les autres , & pour lequel Sidenï JjB-Jmême avoit de grands égards ; j ai fu depuis que .c'étoit un faquir ; maisil ne portoit pas alors 1'habit ordinaire de ceux de fon efpèce : eet homme , dis-je, fe.leva &c alla chercher une grande coupe d'or , qu'il remplic de vin de Chiras ; ma mère 3 qui la coupe fut d'abord préfentée but ,

Sluiten