is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées; ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

SS Aglaé óu Nabotine;! animée ; Pembarras de Nabotine allant toujours en augmentant, fuffifoit pour la rendre plus filencieufe qu'a 1'ordinaire , & le defir de furmonter eet embarras , acheva de lui öter 1'ufage de la parole ; car il fufiit d'avoir envie de bien dire, pour ne plus rien dire du tout. On rêve long - temps pour trouver quelque chofe de joli; honteux d'avoir rêvé, on rêve de nouveau au moyen de réparer fa faute , & s'il arrivé , par hafard , qu'on trouve , a force de rêver, quelque chofe de bon ; on eft étonné que ce quelque chofe foit venu trop tard, & que la converfation ait changé de matière pendant que 1'on rêvoit. La belle demoifelle qui remarqua encore 1'embarras de Nabotine, fe garda bien de la mortifier en 1'attaquant de converfation , & fit femblant de rêver auffi : enfin , Pheure de la féparation arriva ; la fée leva le fiége. Nabotine refpiroit ; mais elle ne favoit pas encore tous fes malheurs. La fée dit a la princeffe qu'elle alloit faire un voyage de deux jours , & qu'elle la prioit de garder chez elle fa petite amie. La princeffe ne demandoit pas mieux. Quel coup de poignard ! II failut en paffer par la cependant : ce ne fut pas fans pleurer beaucoup : mais, pour comble de malheur » on penfe bien qu'il failut pleurer en cachettes &