Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DE L'ADOLESCENCE 20

ce Monde, des douleurs, des chagrins , occi fionnes par ce qui vous enviS éner

e n eft qu imparfaite , que paffagere. D'oü je conclus que le but de 1'Etre Suprème , aui eft

Sv 1 r C?°n' n'étantpas atteint dans cette vie, le fera dans une autre: carflrébuirne * fa toute-puiffanee (a) que fon dcffdn ne 5St pas accompli ^.U^y^é^^i

Stu?e & J/vÏÏageUX qUe lc C0raP°rte v^ uacure. & a / evidence que votre nature ne mm

Porto pas un bonheur plus compk cue celui dont vous jouiflez ici-baspar Ja vertu So mr que Dieu ne peut pas rendre Snête W

Pouvant f Wasphcmer. Soutenir que, le

encore ' I v Jf Vei? P3S' C'eft le bl4hémer encoie. Jl v aura donc une autre vie cour

I homme vertueux, une viedélieieufe oü 1 s'enï

vi era du contentement de lui-même

V ous pouvez tirer de cette Lecon' une confé

aun co Ps & dun efpm, d'une ame- H;„n SpqU1/ra dé«™ fur la'Ten-e, orsqtfe e Tou Puiftant Vous cöuvrira des ombresïe Ja mort-, dune ame Qc) qui, féparée de ^

corps,

Cf) Voy. Ja Vlfe. Lecon. 9) Vu?- la Vllle. Lecon.

{.<■) M. DE ÜUFFO.V dit ƒƒ//? A^y T„„, r/r

156: 1'exiftence deno cL £ aÏ ' pa§- 155 & not.e corps cc des autres objets extéri-

**' eurs

Sluiten