Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C # )

CHAPITRE SECOND.

Expériences fur la fufion des metaux.

rapport apparent decouvert en comparant fuperficielïement lesphenomenes eleclriques avec ceux du feu, a fait croire d quelques uns, qu'il y avoit une grande Analogie entre Vattion du fluïde eletlrique et celle du feu ou de fluïde igné fur les corps. Une des plus fortes raifons, qu'ils en donnent, eft la fufion des metaux par les deux 'fluïdes. Cependant, quelques recherches qu'on a fait d r'egard de cette fufion, elles n'ont jamais, eu pour hut de decouvrir, ft cette opinion etoit bien fondèe : jamais on ria examinè, ft les metaux, qui exigent le plus grand 'degrè de chaleur pour etre fondus, font ausfi les 'plus difficiles d fe fondre par le fluïde eletlrique. II falloit tailleurs, pour cet examen, donner d Peleclricitè un degrè de force beaucoup plus grand, que celui qu'on a pu lui procurer jusqud prefent. Comme il m'a paru, que

la

Sluiten