is toegevoegd aan je favorieten.

Révolutions des Provinces-Unies sous l'étendard des divers stadhouders

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

20© Taszeav ghaduez

Moluques fout obligés a cultiver un certain nombf é de girofliers. On leur paie leurrécolte : ils recueilJent ces fleurs a Ia main , ou les font tomber avec de Iongs rofeaux. On les recoit dans de grandes toiles, placées a ce deflein , enfoire on les fait fécher au rayons du foleil ou a la fumée des cannes aBambou. Lesclouxqui échappent a 1'exaftitude de ceux qui en font la récolte , ou qu'on veut laifler fur 1'arbre continuent a groflir jufqu'a 1'épaifleur d'un pouce ; ils tombent dans la fuite , Sc reproduifent le giroflier qui ne donne des fruits qu'au bout de huit a neuf ans. Ces cloux , qu'on nomme matrices , quoiqu'inférieurs aux cloux ordinaires , ont des vertus. Les Hollandois ont coutume d'en confire avec du fucre , Sc dans les longs voyages ils en mangent après le repas, pour rendre la digeftion moins laborieufe ; quelquefois aufli ils s'en fervent comme d'un remede agréable contre le fcorbut. Le fruit du giroflier fe nomme antofle de girofle, ou mere de girofle , ou clou de matrice. Ils contiennent ainfi que les fleurs, une prodigieufe quantité d'huile eflentielle aromatique, que 1'on retire par la diftillation j on 1'altere quelquefois avec 1'huile de coulilawan. Cette huile aromatique eft employée par les parfumeurs: elle ranime dans 1'apoplexie, Sc appaife les douleurs de dents ; mêlée avec de 1'efprit-de-vin , elle arrête les progrès de la gangrene. Les cloux ou fleurs de girofle s'emploie dans les aflaifonnemens : ils font échaufians, incififs. On porte de petits cloux de girofle en poudre, pour fe garantir de la pefte. Tous les habitans des «les Moluques font obligés de cultiver un-certain