Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

230 Les Provinciaies poincs. Pour arriver a mille, ne faut-il pas auffi ajouter a 1'unité de nouveaux termes toujours égaux au premier , en difant 1,2,3,4,, &ln^ de fuite? II en fut de même de ce petit point., qui dans les premiers temps étoit a lui feul tout 1'Univers. Ce petit point gagna 1,2,3, 4 points de matiere , & fit de nouveaux mondes, une, deux , trois, quatre fois plus grands que le premier. Tout confidoit donc a fcavoir comment ce petit monde primitif fut fuivi d'un fecond, d'un troifieme, & comment ceux ci ont été fuivis d'une infinité d'autres : C'eft a quoi je réponds très-facilement par notre deuxieme principe.

Le monde primitif, le premier pe. tit point de matiere augmenta comme tout augmente aujourd'hui; il n'avoit pas pu être engendré , puifque rien n'exiftoit avant lui; mais il avoit la faculté d'engendrer , de fe reproduire par généracion : il accoucha d'un fecond point; celui-ci accoucha d'untroifieme, qui fe reproduifit encore, & de générarion en géuération il fe trouva une infinité de petits mondes pareils au premier. Ne croyez pas que notie Phi-

Sluiten