Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

282 F A Y E L, 1

Fayel Le poifon.. h Raymond.

Que dit-elle?

Gabrielle.

Eh! pourquoi cette feinte? Pëniez-vous que ma fin m'infpire quelque crainte?" Vous m'avez trop appris a voir de prés la mort. J'ai cru qu'a cette table, & j'ai béni mon fort, Le trépas m'attendoit.. me ferois-je trompée? Fayel.

Ma main, d'un coup plus fur, perfide, t'afrappée.. Ce n'eft pas le poifon que renferme ton fein. Raymond fait un ge/ie de terreur. Gabrielle. Je ne mourrois pas! ciel! quel eft donc mon deftin ?

Fayel. D'expier un forfait..

gabrielle d'un ton véhêment, Que ta iureuj* redouble,

Inhumain ! .. . elle fe prtcipile h fes pieds.

Ah! Seigneur, pardonneza mon trouble.. Voyez-moi dans les pleurs, embrafler vos genoux; Contre une infortunc'e armez- votre courroux; J'ai feule mérité toute votre coleic; Mais.. mais daignez fauver.. jene puis plus me èaire.

FaYEL ta re'gardant avèc fureur. Femme indigne!. tu yeux me parler de Couci?

Sluiten