Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Charles-Qüint. 239 fiombre. Elles camperent a la diftan- " ce de quelques lieues, 1'une de 1'autre; & les deux Rois étant venus fe mettre a la tête de leurs troupes , on s'attendoit qu'après les viciffitudes de bons & de mauvais fuccès éprouvés de part & d'autre dans cette campagne & dans la précédente, une bataille décilive détermineroit k la fin lequel des deux rivaux devoit avoir 1'afcendant & donner la loi en Europe. Mais quoique 1'un Sc 1'autre fuffent maitres de terminer ainfi la guerre, ils ne purent fe réfoudre k commettre un intérêt fi important aux hafards d'une feule bataille.'Les journées malheureufes de St. Quentin & de Gravelines étoient trop récentes pour être oubliées; & le danger d'en venir aux mains avec les mêmes troupes commandées par les mêmes Généraux qui avoient triomphé deux fois des armes Francoifes, infpiroit a Henri une réferve qui ne lui étoit pas ordinaire. D'un autre cöté,Philippe, naturellement éloigné de toutes les opérations militaires qui demandoient de la hardieffe , penchoit toujours vers les mefures

1558.

Sluiten