Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ag 'Medée.,

C R E* U S E.

Un veritable amour eft il jamais fans foins?

Je ne craindroits pas tant, helas I fi j'aimois moins.

J, A S O N.

Si vous fentez mes feux ! Ah! fentezdoncmajoye; Et que dans vos tranfports \ó're amour fe déploye. Qui prés de rendre heureux vdtre fidele Amants Prenez part, s'il fe peut , a fon ravilTement.

C R E* ü S E.

Vous le voulez; je cede & ma trifttffe change. Je reflens vó re joye & pure & fans mélai ge, Oir. Ja;on ,jt merends, & l'Amour eft vainqueur, I; coriible tous mes voaux; mVflurant vótre cceur. Adieu. Je vais au pieds des Autels de fa mere, Implorer ardemment fon fecours tutelaire; La preiier d'augmenter nos fidelles ardéurs, Et de verfer fur nous fes plus douces faveurs.

S C E N E II. JAS. ON, I P H I T E,

AI P H I T E. Vee quel air ch irmant cette aimable Princeile Répond a vos tranfports & fent vótre tendreffe?. Tout flatte vAtre efpoir; tout confpire èvosveeux. Ët vous femblez toucher au ort le plus heureux.

J A S O N.

Qne je ferois heureux , je le confefte , Iphite. Se je pouvois calmer un trouble qui m'iirite!

Sluiten