Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s8 Gabrielle de Vergy,

Oü brula pour toi feule un feu toujours faciè , Auffi pur que 1'Objet qui 1'avait infpué: Née avec ma vertu, non moins-durablequ elle, Smme moname, enfin, ma flame eft '«^

rachez oue je viens pour vous facriticr Tous efv^ux.. votre afpeét me fait tout oubl.er ïfens Jlus que jamais, dans mes ve.nes biulantes,

\Sr de l^mour les fureurs dévorantes.

]e fuis prés de 1'Objet dont je fus adré,

O ragef & fans efpoir, je m'en vois fepare .

A d'infidèles nceuds votre devo.r ™

Au jour de votre hymen j'ai du ceffer de vivre.

(Avec la plus grande fureurO .

Ouenem'écrafiez-vous, murs de Ptolemais ,

Avec tant de Chrétiens mourans fous vos debn ?

S as! ces malheuren* chériffaiem: tous; U v,e

Te le hals,— c'eft a moi qu'elle n eft point ravie,

J Gabrielle.

Modérezdonc, Cruel! ces «dentes fureurs; Vt par pitié pour moi, commandez a vos pleurs. MaS dites-moi du moins quel fujet vous amene,— £t qui vous a fauvé d'une mort ü prochaine ?

V>u'a ces tendres vertus que m enfe.gnal Amour.

^ Lorfquef altierRichard, plein de ce Fanatifme

Dont la férocité dégtade n^roïfme

Egorgeait les Captifs au nom de notre Foi ,

lefuivis vos lccons, je fauvai ceux uu Roi;

i redamai pour eux la loi conftante & pure,

Oue la Religion recoit de la Nature.

S c émence eut bientót fon pr.x mefpe é.

Sans défenfe, a mon tour, aux Sarr aün> hvrc,

Monafpeft attendrit leur cruaute >^

Mon nom fut mon rempart au ,U.eu du "

Porté Diés du Sultan , qui prit foin dt mts jouu,

Je Sfe vïs prodiguer 1'utile & prompt fccours ^

Sluiten