Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L E SAGE

tours de ces coureufes 1'a; voilk 1'heurc oü/elles ten~ dent leurs filets, oü ellcs font leurs meilleurs coups. PUnc fort voilée bien foigneufement, elle refufe avce cpiniatreté dc fe découvrir, c'eft qu'elle eltlaidc, fa tnodeftie eft'une précaucion prudente, elle attend le moment de faire valoir fa laideur avec avantage, Ccpendant la curiofité lui ferc d'hamecon; c'eft avec cela qu'elle vous attrape d'un jeune nigaud, des gants, desd'entelles, desrubans, puis,quand elle voit qu'on la preffe, qu'on veut fQavoir a quoi s'entemr, que fait elle? Elle montre fa figurc, & s'en va, lans qu'on iongc a laretcnir, uncautre, au contraire, fait fonds iur ia beauté, elle ie cachc, oü elle fe montre a propos; elle craint, dit elle, lajaloufic d'un maris foupccmneux-, pour la voir, li faut des fommes infinis; elle tirc toujöurs des bas de foie,du chocolat, des byjoux; elle domie una adreile en l'air & puis crac, elie s'échappe co'mme ur.e biche Une autre fort paree comme une dceffe: elle va voir une maiade, mais c'eft fa boude qui ne le porte pas bien: elle fait un paqtiet de mille chofes nécciiaires a fa malade, la dupe paye, i'il fe fache, on lui dit avec fierté eh bien; Monfieur,' reprenez tout, on 1'appaifj avec quelques faveurs légeres & l'efperance de quelque chole de plus, quand it veut en füite i,'imfurmer de ia beauté, il ie trouve que perfonnene laconnoit. d'Autres fontencore mieux; elles refemblent a ces fixt de pèchcurs qui arrêtent les petits poiübns, comme le gros: tout leur eft bon, ells ne refulent rien.

D. GUTTIERK.

La divine beauté que j'adorc n'eft point dans cc cas Ja; fes charmes, la moaeftie, les graces, ont captivé mon cceur; de lorte qu'il n'eft occupé, qu'a s'applaudir d'avoir perdu la liberté, ah; Martin, je meurs d'amour.

M AE.T1N.

Que ne la fuivez vous donc, li. elle vous a C vivenient touché.

D. GOTT I ERE.

Je crains dc la choquer k. dc manquer au lever du

ioï:

Sluiten