Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

TRAGEDIE.

j-aime, j'aime & jamais rien ne m'en peut distraire. Rendez moi Marguérite ou, de ma propre main > Mon père ya me voir terminer mon deltiii,

Macbeth.

Prince, je puis, je fais bien moins que 1'on ne penft» Le fort de vótre amour n'est point en ma puifiance, Le Roi regne avec gloire & regne fans appui. Je ne gouverne point, mais j'obcïs fous lui. D'une etroite amitié vötre père m'honore, J'ea fais gloire, il est vrai, le fang nous lie encoae. Mais je n'ai que le droit de risquer des avis Qu'on écoute et, fouvent, qui ne font pas fuivis. Pour vous, fans recourir a des voix etrangères , Prince, vous pouvez feu! adoucir vos miiéres. Duncan est père encor bien plus qu'il n'est amant. Dcpofez, d'un rival, le courroux menacant Ne 1'attaquez qu'en fils, vous reverrez un père Et, d'un majtre irrité, tomber le front férère.

M a l c o l m.

NVt-il pas aiïèz vu mes foupirs & mes pleurs?

Macbeth.

Mais n'a-t-il a foigner, feigneur, que vos douleurs? Par vous même jugez du poids du facrifice. Laiflèz du moius au tems. a faire cicatrice.

Sluiten