Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 35 >

snfoïuble : i°. fi on confidere le tableau des Em* prunts & affaires extraordinaires depuis le commencement de 1784, montant a plus de 1200 millions, c'eft-a-dire, a-pëu-prés a la fommq que fEdit dé 1784 annoncoit d'avoir en vingt-cincr ans , acq.iitter la Dette publique ; z°. s'il eft vrai que cette dette n'cn ait point été ou prefque point diminué.

I! eft évident qu'un défordre auffi exceffif, auflt inoui f ne pourroit avoir pour caufe que le defaiïÉ de confeil , de regie & de mefure dans la diftributiön des dépenfes. Le feul & vrai remede,par conféquent, ne peut fe trouver que dans Ia cef-' fation de ce défordre, c'eft-a-dire dans fétibliffement d'un Confeil fixe pour régleï la répariition des Revenus

En eftet, pour peu' que 1'on parcoure 1'Adminiftration aftuclle des Finarfces, on ne voit que fources de maux & de ruines. Cette Adminiftration fe divife en pure Adminiftiation , & en Adminiftration contenüeufe.

Pure Adminiftration. Depuis 1'Abbé Terray tout eft concentré dans la vojonté feule du Controleur Général. II n'y a plus de Confeil de Finances : le nom de fes membres n'exifte que dan? rAImnnach & fur les régiftres du Tréfor royal qui les paye ; jamais a préfent on n'examine , on ne difcutè, on ne regie , on n'apure en Con feil ni Recettes , ni Dépenfes , ni Comptes : les IriférefTés les font; des Commis les contrólent, le Controleur les met en porte-feuitle, les fait figner au Roi ; on les porte enfuite au Chancelier & aux autres Miniftres, qui fignent öii ils fe trouvent, ad relationem , en vertu du principe moderne ft commode & fi dangereux : « que la fignature du

C %

Sluiten