Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C7 )

dire qu'ils nous abandonneraient h la difcrécion & a la merci de la France. Les préventions les plus épaiffes ne peuvenc cacher que les Anglais font intéreffés kfoutenir jufqu'a un certain point 1'exiftence & la profrjérité de cette République. Ils ont dans fon fein ün nombre confidérable d'amis zélés & puilTans. Dans des tems de tyrannie & de danger, ils en ont retiré des fervices ineftimables, qui leur montrert ceux qu'ils pourraient en retirer encore. Ils ne peuvent colorer leur rupture, d'aucun prétexte plauüble. Quels égards toutes ces confidérations leur ont-ellesinfpirés pour nous danslesnégociations de paix ? Bien loin de prendre des ari angemens fur nos pofieffions qui ont pafte de leurs mains rapaces au pouvoir des Francais, ils les ont abfolument abandonnóes k ces derniers. El les ne font^entrées pour rien dans les articles du Traité. Ce n'eft^ pas tout. Pour renverfer les fondemens d'un Etat a 1'exiftence & au bien - être duquel ils font fi fort intéreffés , ils font \cs nlus ardens a vouloir garder des conquêtes qui pourraient ébranler de fond en comble tous nos érablifiemcns dans 1'Inde. D'un autre ci'.té, quelle eft la conduite du Roi de France? II interoofe vivement fa puiffante médiation pour nous faire reftituer tous ces établiffemens. Les innuiétudes qui peuvent nous refter fur les autres, affligent fon coeur fenfible & bienfaifant. *R s'empr'efle a les lever, en nous afturant qu'il n'en a pris pofTeffion que pour nous les conferver. Si St. Euftache, Demerary, Eflequebo, lesBerbices fuflenr. reftés au pouvoir des Anglais, les auraient-ils reudus auffi facileroent a la paix ?

Le Francais.

Du moins leur fyftême de conduite dans tous les tems ne le fait pas'préfumer. Ici s'offre une différence bien gloriéufe pour les Francais, Toutes les fois qu'iis ont fait des conquêtes , & que ces conquêtes ont pa répandre des alarmes, ils les ont con^ • a 4 ftam.

Sluiten