is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres posthumes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4>

« I S T O I R E

il-donna encore audience au Marquis de Botta,auquel.il dit les mêmes chofes que Ie Comte de Gotter devoit dédarer a Vienne. Botta s'écria; „ Vous allez ruiner la maifon d'Autriche, Sire,. „ & vous abymer en même temps.1' — „ U ne „ dépend que de la Reine, reprit le Roi-, d'ac-„ cepter les ofFres qui lui font faites." Cela rendit' le Marquis rêveur; il fe recueillit cependant & reprenant la parole d'un ton de voix & d'un air ironique, il dit: „ Sire, vos troupes font belles,'. » j'en conviens; les nótres n'ont pas cette appa„ rence , mais elles ont vu Ie loup; penfez, je „ vous en conjure, a ce que vous alles entre». „ prendre." Le Roi s'impatienta & reprit avec vivacité: „ Vous trouvez que mes troupes font: „ belles, & je vous ferai convenir qu'eües font „ bonnes." Le Marquis fit encore des inftances pour qu'on différat 1'exécution de ce projet. Le Roi lui fit comprendre qu'il étoit trop tard & que Ie Rubicon étoit paffé. Tout Ie projet fur Ia Siléfie ayant éclaté, une entreprife auffi hardie caufa une effervefeence fingulière dans 1'efprit du public. • Les ames foibles & timorées préfageoient la chute de 1'Etat, d'autres croyoient que Ie Prince abandonnoit tout au hazard &' appréhendoient qu'il ne prit pour modèle Charles XII. Le militaire efpéroit de Ia fortune & prévoyoit de 1'avance- ■ ment. Les frondeurs, dont il fe trouve dans tout: pays, envioient a PEtat les accroiffemens dont il étoit fufceptib!e.;Le Prince d'Anhalt éttit furiw