is toegevoegd aan uw favorieten.

Discours sur l'égalité des hommes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DU TRJDUCTEUR. v

la vétille et la chicane, pauvre resfource, qui trahit la foiblesfe et Finjuflice de la caufe qiiel-

le fert a étayer; F Auteur a prouvé clai~

rement , éyidemment, inconteflablement, jinon par chaque pasfage , chaque trait particulier qu'il a allégué (ce qui trés asfurément tfa pas été non plus fon intention,) toujours par leur enfemUe et fur - tout par la nature même , le hut et Fefprit de FEvangik, que Fégalité des liommes et de leurs dreits, principe gr avé dans la nature, est le terme final auquel le divin Fondateur de cette religion bienfaifante, vraiment célefle , originaire du Pere commun des hommes, a voulu ramener fes disciples , et le Hen univerfel, dont il a voulu fe fervir pour réunir tout le genre humain fans diflin&ion de •nation , de tribu, de langue, de rang, de condition ou de couleur; en faire un feul pcuple , une feule fociité de freres et créer ainfi ces nouveaux cieux et cette nouvelle terre oïi la julüee habitera (a) et avec la jujlice la paix et toutes fes bénédi&ions; oh fe réalifera ce tableau rayisfant, tracé par le prophete: le loup demeurera avec 1'agneau e: le léopard fera couché a có»

(a) 2 Pier. III. 13. conf. Ef. LXV. 17; * 3