is toegevoegd aan uw favorieten.

Les cent nullités des édits, ordonnances, principes de législation et autres pièces, qui ont paru sous le nom de l'empereur Joseph II, sur les matières ecclésiastiques & religieuses, jusqu'au 28 septembre 1784

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 97)

yerains ? Nullement, & c'eft le vicè de la formule du ferment que l'empereur exige des évêques de fes états héréditaires. Laiftbns la les déclamations ; défions-nous de 1'enthoufiafme , dépouillons-nous des préjugés de toute efpèce, n'écoutons que la raifon, la droite raifon , & raifonnons par principes.

N'eft-il pas vrai qu'il n'y a qu'une puiffance infaillible qui ait droit d'exiger de qui que ce foit, une obéiffance aveugle , abfolue, illimitée ? Si Ton nie ce principe, on fera forcé de convenir que tous les faints martyrs ou confeffeurs de l'églife , ont eu grand tort de fouffrir la mort ou les fupplices plutót que d'obéir aux loix des princes païens ou hérétiques, dont les uns leur Ordonnoient, fous peine de la vie , de facrifier a leurs idoles, & les autres , de foufcrire a leurs erreurs. II faudra c'onvenir auffi que tout fujet eft obligé d'obéir k toutes les loix ou ordonnances de fon prince, en quelque matière que ce puiffe être, malgré les lumières de fa raifon , les documents de fa religion & les remords de fa confcience. Qui oleroit avouer ces conféquences ?

N'eft-il pas vrai auffi que touthomme, fut-ü paré de la pourpre royale, fes E