Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C *35 )

de Francfort, doivent ft leur honneur, de repousser la fausseté des faits que Pon impute aux généreux Francfortnis dans lajournée du sDecembre. C'est pour quoi nous voulons, Citoyen Général, vous faire part des faits tels qu'ils se sont passés.

Le 2 Décembre, a 7 heures du raat n, les ennemis se sont approchés de la Ville ct Font investie de toute part ft la portée du canon; ft buit heures et demi, ils se sont présentés aux portes pour entrer; nous fidéles ft nos scrmens les avons répoussés ft coups de fusils. Ils se sont rétiréspar 3 fois, et 3 fois i!s sont revenus ft la charge avec leur Artillerie. Alors nous nous sommes défendus en Citoyens Francais. Après deux heures de combat, ct ayant consommé toute notre Munitiën de guerre , la canaille et les ouvriers étrangers qui étaient dans la Ville de F/ancfort, et non les braves Francfortois sc sont porrés eu foule aux différente* portes et les ont brisées......

N°. 3. Des geus mal instruits ou mal intentionnés ayant débité des calomnies atroces contre cette Ville, au sujet de sa prise; laGazcttede Mayence notamment ayant dit que 10 mille brigands Francfortois avaient rcnouvellé Ia Saint - Barthe'emi en tuant les Francais ft coup de couteau; Nous souss;gnés Officiers ct Soldats reconnaissons tout ceü comme des mensoxges , entierement destituis de tnut fosdem nt. La reconnaissance nous e^gage, Citoyen GértéTil, ft doaner u"n >ènen-i sohmnel ft ces imputations atroces qu'il doit y avoir cu le 3

Sluiten