Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 26- )

SCÈNE X.

SifroI fe réveille; il fe leve, &fedifpofe& pourfuivre fa route. Ses yeux font frappés de 1'infcription funebre ,que la Duchesfe vient de graver. Que! coup pour la tendresfe! il doute s'il a lu: fes yeux le trompent. II recommence; certain de fon malheur, ilcedeaudéfefpoir; fa douleur eft un délire: il fe précipite impétueufement fur le rocher dépofitaire des cendresdefon époufe; il le mouille de fes larmes, il 1'embrasfe, il y refte attaché. La Duchesfe, témoin de fes regrets döuloureux, s'approche, & lui prend le bras douceinent. II la repousfe avec fureur, & fans vouloir la regarder: elle infille, il fe retourne, & tombe dans les bras de Sophie: il ne s'en arrache , que pour s'y rejetter avec un mérae trarfport, il lui demande en tremblant 1'aveu du crime qui les kféparé. Li Duchesfe fe juftilie fiérement. Sifroi 1'écoute; la convietion éclrte infenfiblemeut dans fes yeux, avec la colere donti'enflame Ia dêteftable calomnie de fon Intendant. Sophie j'appaife & caresfe; il retombe dans fes bras; ilcherche des yeux Bénoni.

SCÈNE XI.

II parott portrnt fur fon dos un petit fagot de ramée; le Duc le regarde les larmes aux yeux , & les brasenveloppés dans ceux de la Duchesfe L'enfant ne reconnoic pas fon pere. Sifroi refte immobiie , un mouvement de tendresfe lui échappe; ce gefte le décele; l'enfant le devine j il jette fes branchages & fe précipite dans les bras de fon pere. Sifroi fe laisfe aller fur un banc de gazon; fa femme eft d'un cóte, fon fils eft de 1'autre; il les teint ferrés tout les deux, & les embracfe tour-a-tour.

Sluiten