Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

<: ii)

Des folides plaifirs goutant la jouiffance,

Tu voyais chaque jour aggrandir ta puiffance,

Le Savoir fans jargon, les utiles Beaux-Arts (i>

Eclairaient tes cités, décoraient tes rcmparts.

Et du fein des forêts , s'élancant dans la plaine,

Roulant avec lenteur fur une molle arêne,

De cent fleuves profonds, les flots majeftueux (2)

Serpentaient fierement en replis tortueux.

Sur le criftal des Mers, tes voiles inombrables,

T'apportaient en tributs mille objets agréables:

Et tes fameux Courtiers (3) pour tes produ&ions

Echangeaient lmduftrie & 1'or des nations.

C&

(1) Les Beaux-Arts étaient foigneufement cultivés en Amérique, comme le prouvent les Expériences du Dofteur Pianklin.

(2) L'Amérique-feptentrionale eft arrofée par de grands fleuves & rivieres qui facilitent le commerce d'un Etat dans un autre, & s'avanceut fort loin dans les terres.

(3) Les Anglais qui avaient' le droit exclufif de commercer avec leurs Colonies.

Sluiten