is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres posthumes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

iio CORRESPONDANCE.

quatre pieds futlethéatre comme une bete-, & vient foutenir fon fentiment fur 1'égalité des conditions. Ona vendu a Paris dans huit jours vingt mille exemplaires de cette pièce, dontun partifan de la philofophie a fait une critique fort ingénieufe, mais trop violente; elle parolt plutöt étre écritepar Iacolère que par la modération, qui faitle fond ducaracière de la véritable philofophie. Je 1'envoie a V. M.; elle pourra 1'amufer un moment. J'ai 1'honneur &c.

a Berlin, ce 22 Juin 1760.

Sire,

Personne ne fent mieux que moi Iafituation embarraiTante oü fetrouve V. M. ,&fi j'avois moins de confiance que je n'en ai dans fes lumières & dans fa fermeté, je craindrois les événemens les plus iacheux. Mais, Sire, s'il vous faut des miracles pour vous tirer d'affaire , vous les faites ces miracles. N'en eft-ce pas un que de voir la Siléfieaprès 1'échec de Landshut, prefque vide d'ennemis ?N'efi> ce pas encore un miracle de vous voir devant Dresde détruire une partie des magafins des ennemis &tenir Daun dans un état de fufpeafion fur toutes les opérations qu'il avoit projetées? Les chofes femblent prendre une face plu* riante. Le Prince votre neveu, ce héros que vous aimez tendrement, a bientöt réparé la perte qu'il avoit elTuyée , & voila un corps de Frarcois totalement détruit ou prifonnier. Les Angiois viennert de gagner une bataille décifive dans les Indes orienta'es , ' & il n'y a auxun doute que