Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

en Italië. 23$

On a placé fur 1'avant dernier palier un uperbe Bas-relief antique, repréfentant un Aon de proportion un peu plus force que 1 naturelle : c'eft un très-beau & très-majnifique morceau.

Le Grand Salon eft mal annoncé ; il méitoit d'être précédé par un Veftibule mieux aractérifé que celui que l'on traverfe pour ntrer dans cette vafte Pièce, dont la voute, reinte par Pierre de Cortone, paffe pour tre le chef-d'ceuvre de ce maitre célèbre: 'eft en effet une machine prodigieufe pour 'étendue & le fublime de la compofition ; our la beauté , le feu & 1'énergie avec laüelle cette riche compofition eft rendue(*).

I ne faire qu'indiquer ici , ceux des Tableaux 'ui nous ont le plus intéreffé; fans nous affu[jittir a 1'ordre dans lequel ils nous ont été raon: és : Nous prenons d'autant plus volontiers ce Rti, qu'ici (comme dans les autres Palais que '.pus parcourrons par la fuite), rien n'eft moins Ite que cette marche; elle dépend autant du caprice ou de 1'idée du Conciërge qui vous con;iiit, que de certaines circonftances locales, quj

I bligcnt de commencer par un endroit plutót que ma un autre. Cela Tevient a peu prés au même;

II en eft quitte pour quelques pas de plus ou li moins.

■;(*) La gloire acquife par la maifon Barberini, li fupérieuTement développée dans ce magnifi/juc • Jafond, qui, forme a lui feul un Pocme épique. :«s allégories quoique favantes, s'interprètent 1 premier coup d'ceil; elles attachent autant nr leur heureufe application, que par la magie iiduifante avec laquelle elles font préfentées.

Rome : P*. lazzo Barberini.

Sluiten