is toegevoegd aan uw favorieten.

Histoire universelle, depuis le commencement du monde, jusqu'a présent [...]. Tome quarante-troisieme. Contenant [...] l'histoire des Royaumes de Dannemarck et de Norvege.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

OU DES PROVINCES UNIES, Liv. XXXIII. Sect. V. 4fS

■maladie de Louis XII avoit empêché ce Prince de lui envoyer le fecours B qu'il lui avoit promis. Des qu'il fut convalefcent, Charles engagea le Roi H a une alliance défenfive. (i) ^

Philippe,qui vouloit repaiièr enEfpagne,craignit les longueurs de la guerre. Dans ces circonftancesCharles eutrecours a la médiation de PEvêque d'Utrecht, ck muni d'un fauf-conduit de 1'Archiduc, il vint fe jetter a fes pieds & lui demander la paix a des conditions raifonnables. Philippe lui accorda 2 une treve de deux ans, pendant lefquels 011 difcuteroit leurs différends, a condition qu'il 1'accompagneroit clans fon voyage d'Efpagne, pour Iequel 1'Archiduc lui donnoit trois mille fiorins d'or. Après la fignature du traité, il nomma Jean de Naifau Stadhouder de Gueldre, èk partit pour Bruxelles avec Charles. II donna le Stadhouderat des Pays-bas a Croï, Seigneur de Chievres, chargea la Duchefiè de Savoye fa fceur de 1'éducation de fes enfans & fe rendit en Zélande, oü la flotte Pattendoit; mais le Duc de Gueldres ayant vi recu les trois mille fiorins d'or, le quitta ck revint ctns la Gueldre. (2) Philippe ne changea pas de defièin; mais il ne pafla pas par la France. L'alliancc de Louis avec le Duc de Gueldres & fes liaifons avec le Roi d'Arragon, lui rendoient ce Prince fufpeck. Louis lui avoit témoigné le défir qu'il avoit que Philippe avant de partir fe réconciliat avec fon beau-pere. (3)

L'Archiduc & fon époufe parareet de Fleflingue. Sa flotte étoit de quarante-trois voiles: a peine étoit-il forti du port, que le feu prit au St. Ju- 1 lien, vaiffeau qu'il montoit. Korneliszoon de fluybert qui en étoit Capitaine, £ fecondé de Jaques ék Herman fes freres, parvint a éteindre 1'incendie ék a fauver 1'Archiduc. Maximilien les en récompenfa par des titres honorables. ? A peine échappé a ce danger,une tempête difperfa la flotte, engloutit deux tl vaiflèaux qui portoient fes équipages ékle forca de defcendreau port deWey- l mouth. (4) Henri VII informé du défaflre de Philippe, Pengagea de venir t a fa Cour. Le Roi profita de fon féjour,qu'il prolongca tant qu'il put, pour t terminer a fon avantage des difcuflions qui ne 1'avoient jamais été. II obtint j Pexemption des péages de la Zélande pour les marchandifes de fon pays. "c Henri demandoit qu'on lui livrat Suffolk, fils d'une fceur d'Edouard IV. Phi- « lippe s'en défendit; mais on lui fit entendre que fa liberté étoit a ce prix: il exigea que la vie de ce Prince ne courüt aucun danger; Henri le promit ék tint parole, mais fon fucceffeur le fit périr. (5)

Le vieux Ferdinand avoit époufé Germaine, fille de Jean de Foix, Vicomte de Narbonne ék de Marie fceur de Louis XII. II fè tranfporta a une lieue de Compoftelle, cfpérant qu'a leur paflage, fon gendre ék fa fille fe détourneroient pour Palier voir; mais ils fe rendirent a Burgos, oü ils furent couronnés. Ferdinand demanda une entrevue a Philippe, qui n'y confentit qu'autant que le Roi donneroit des ötages ék qu'il fe contenteroit de la paro- < le de fon gendre. Ils s'cntretinrcnt pendant quelques minutes ék Philippe rom- ' pit brufquement Pentretien. (6) Ferdinand abandonna les Etats d'Ifabelle a '' fa fille ék fe retira dans les fiens.

(O Pont- Hift. Gelr. L. XI. CO Idem' ibid- (3^ Lettres de Louis XII. T. I. C4) Franc. Bacon. Hift. de Henri VII. C5) Rapin. Thoyr. Hift. d'Angl, T. II. Fr.

Bacon. Vit. Henri VIL CO Mariana Hift. d'Ffpag. L. XXVIII. N°. 8<J.

Iii 2

% de illande. 82-I55S-

'reve.

Conditions oiées \ar

Duc de ueldres.

i5°6".

Départ de

hilippe mr l'EJgne.Danger 'CH court éve hrülé. Jetté par 1 ttmpétt n Angle°.rre.

lenri VU 'tre parti de n accient.

Entrevue e Philippe 'f de Ferinand.