Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Civile & Litteraire.

237

Pour juger du fruit des reprefentations qu'on vient de lire, on n'a qu'a faire attention & ce qui fe trouve dans la Pétition de 1758; en ces mots. ,, Les Seigneurs Etats de Hollande & de tVeft - Frife ont payé pour la conltrudlion de vingt cinq vaiffeaux pendant le cours de l'année 1757 une fommï de ƒ 130,000 - o - o. & les Seigneurs Etats d'Ov.riffel ont fourni provifionnellement fur leur quotepart, dans cette Pétition une fomme de ƒ 25,000 -0-0. Les autres Provinces n'ont rien fait; non pas même celle <2'Utrecht, qui cependant avoit déclaré dans fon confentement pour 1757, qu'elle auroit ibin de fournir du prémier argent qu'elle auroit en main une fomme de ƒ51,774 -12-4. en acquit de fon confentement dans la conffruéHon de douze Vaiffeaux, fur quoi elle avoit fourni auparavant une fomme de ƒ 47,791 - 19 - o. Si l'on ne montre pas d l'avenir plus de zèle touchant cet objet, il n'y a point d'apparence que les vingt cinq vaiffeaux exiflent jamais en femble".

,, Pour ce qui regarde ladette réfultée des équipemens extraordinaires qui ont eu lieu durant les derniers troubles, les Colléges des Amirautés n'ont rien obtenu depuis la derniere Pétition générale, du moins qui foit venu a la connoiffance du Confeil d'Etat: de forte que les chofes en font fur le pied fuivant; favoir, que les Provinces de Gueldre & de Zélande ont fini cette affaire; que la Province de Frife continue vraifemblablement a payer è fon Collége d'Amirauté, le doublé intérét de la fomme qui conftitue le total des arrérages qui lui reviennent de cette Province; que la Province d'Over-Tjfel & celle de Groningue ont payé chacune le doublé intérêt de la dite fomme pour une feule année, cette derniere en 1753, & l'autre pendant.le cours de l'année 175Ö; que les Provinces de Hollande & d'Utrecht doivent encore tout ce qu'elles devoient fur cet article, le 34 Décembre 1750".

j, Son Alteffe Royale & lc Confeil n'ont pas de motifs plus forts a allégder, quc ceux dont iis ont fait ufage, dans la derniere Pétition générale, pour engager les confédérés a concourir a 1'avancement & au minitien du bien public, tant par l'amélioration des fortifications & des magazins, que par le rétabliffement de la Marine: ils rappellent ici ces motifs, & les regardent comme articulés de nouveau". S u 1 t e

Sluiten