is toegevoegd aan uw favorieten.

La religion considérée comme l'unique base du bonheur et de la véritable philosophie.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i«8 De la nécejjtti

CHAPITRE X.

De la néceflïtè d'un Culte, de la Rivê' lation & des Prophèties.

XjEs prétendus Phiïofophes rnodernes, en répandant tous les principes qui conduifent a 1'Athéifme, ne profeöbient pubhquement que le Déifme : & comme le Dieu qu'ils admettoient, n'étoit, felon eux, qu'une divinité infenfible h nos ac<ions, k nos hommages , puifqu'elle ne devoit point, dans une autre vie, punir le vice & les forfaits, ils prétendoient que le culte & la priere font inutiles. On ne voit rien de plus nouveau dans ce fyftême que dans toutes les autres opinions qu'ils ont voulu établir. Qu'on life 1'hiftoire des Héréfies, on y trouvera tous les principes & toutes les idéés qui forment le fonds & la bafe de la philofophie moderne f».

II eft abfurde de penfer que 1'Etre Suprème ne prétende ni a 1'amour, ni a Ia reconnoiflance de la feule créature qu'il ait formée fenfible & raifonnable, & qu'il ait douée d'une ame immortelle. Lui don-

O) C'eft ce que je prouve dans le Chap, 2?«, «e cet Ouvrag«. * '