is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Religieus" e. 97 leur religion qui étudient les letrres , cependant nous trouvons dans Téducation des membres de ce clergé, des circonstances plus ou moins éloignées qui semblent de nature a leur inspirer les dispositions barbares dont nous parions.

L'on a sur-tout grand soin d'enseigner la logique et 1'art de disputer aux jeunes-gens destinés aux fonctions ecclésiastiques; on leur remplit la tête de questions rnétaphysiques, de sübtilités, de théologie scholastique; on leur fait étudier les pères de 1'église; on leur fait lire des légendes et des vies de saints.

La logique a sans doute de 1'utilité , mais par la facon dont on 1'applique dans les études du clergé , au lieu de mettre les hommes a portée de découvrit et de défendre la vérité , elle n'apprend qu'a 1'obscurcir et a rendre Terreur et Timposture spécieuses et probables. En un mot la logique que Ton enseigne aux jeunes ecclésiastiques ne semble être que Tart de jetter de la poudre aux yeux des autres; mais cette poudre revient souvent contre eux - mêmes et les aveugle pour la vie*

La métaphysique n'est propre qu'a leur remplir Tesprit de mots vuides de sens, d'idées vagues s de notions fausses , d'opinions arbitraires. La scholastique n'est qu'un tissu de questions inutiles , ridicuies et souvent indécentes. Les ouvrages des pères j pour lesquels on leur inspire la vénération la plus profonde , les infectent pour Tordinaire d'opinions erronnées , leur inspirent un esprit de parti, des idéés superstitieuses, des maximes dangereuses , en un mot excitent en eux des animosités, de la virulence , de wntolérance, dont ces grands persolinages ont été eux-mêmes animés contre ceux qu'ils traitoient d'hérétiques. Enfin les légendes et les vies des saints les confirment dans toutes les idéés fausses ou dangereuses qu'ils ont püisées dans les pères" * ..Tome F G