Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Théorie de TEleftyiéité & du Magnétisme- i?

du Fluide. Ces deux particules feront attirées par le Corps V avec la förce A. Soit Q laquantité de Fluide dans chaque partie du Corps. Si k particule T du Fluide contenu dans la partie V C eft repouffée par la force R, il faudra neeeflairement fuppofer qu'ellc eft répoufTée avec la force R' par le Fluide contenu dans 1'autre partie VB : &, par des Principes de Phyfique eonnus,Rfera\ R'\ R" &c. (ƒ). Or, comme toutes les circonftances font abfolument les mêmes dans la cónfidération de la particule / que dans celle de la particule T, la force attraótrice totale du Corps V, fuf chacune des deux particules T & t, fera = A—R—R: & celle-ci eft égale a zéro dans 1'état naturel, conformément a 1'Expérience.

§. XIV. Mais , fuppofons que le Fluide éleétrique ou magnétiqüe foit Q + q en V C, &q — «en VB: la force attractrice totale fur la particule T fera = A — R — R' +

(ƒ) Les particules du Fluide contenu dans B V agisfent a une plus grande diftance que celles du Fluide contenu dans VC, & par conféquent avec moins de force. Donc R' fera plus petit que R: Sc s'il y avoit une troiilème portion de Fluide, encore plus éloignée, & qui agit avec la force R", on auroit R" ^_ R,

T o M E II. B

Sluiten