Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DE LA REVOLUTION FRAN£OISE. 27

qu'on ne pouvoit exercer fes talens fans en payer une rétribution, et être expofé a des recherches de la part des Of, ficiers municipaux, qui diftribuoient les t patentes dans leur reifort. On fe plait gnoit autrefois de la taille induftnelle, I 1'alfemblée n'avoit fait qu'en changer I ladénomination en établüfant le droit ! de patente (*).

Indépendamment de 1'impót princi\ pal, il étoit permis aux départements et r aux diftrids d'ajouter des fols additio1 nels, pour les dépenfes d'adminiftration, : et les municipalités ajoutoient auili des I deniers , pour leurs dépenfes particulieres.

L'impöt du timbre, étoit

_ . , Imtot du

i un droit perqu fur le papier de timbrew tous les ades, livres de négociants, erfèts de commerce, transadlions,

I en un mot tous ades généralement quel-

II conques, mème fur les quittances au

de

(*) Cet impót a paru tellement onéreux, que la convention, pour fatisfaire le peuple a été obligée de 1'abolir en 1793»

Sluiten